Cie De Rosa


Opus Incertum


En résidence du 17 au 21 juillet 2021


IMG_2882IMG_2909

Titre : Opus Incertum (titre provisoire)
Distribution : Muriel Lamy, Romain Lafon-Pachot (en cours)
Metteur en scène : Laurence Riout


Note d'intention


Texte lus, poèmes appris par coeur, discours du temps... Des voix partout.
Dedans dehors.
« Je » est traversé. Peuplé. Agité.
Comment rendre compte de ça, cette prolifération interne... ?
Quel est le rapport entre l’être et le langage ?
Telle est, au fond, je crois, notre question et le sens de nos explorations.

Dans le spectacle que nous préparons, un collectif de comédiens et musiciens s'emparent de la scène pour
exposer et mettre en jeu des êtres tendus entre deux caisses de résonance : le monde et le for intérieur.
C’est peut-être cela que je sens, qu’il y a un dehors et un dedans et moi au milieu, c’est peut-être ça que je suis, la chose qui divise le monde en deux, d’une part le dehors, de l’autre le dedans, ça peut être mince, comme une lame, je ne suis ni d’un côté ni de l’autre, je suis au milieu, je suis la cloison, j’ai deux faces et pas d’épaisseur, c’est peut-être ça que je sens, je me sens qui vibre, je suis le tympan, d’un côté c’est le crâne, de l’autre le monde, je ne suis ni de l’un ni de l’autre […] (Beckett)
Nous ferons de ces mots le moteur de notre écriture de plateau et le principe actif de nos improvisations.
Notre façon de travailler implique que nous ne savons pas, à ce stade de l'élaboration du projet, où nous allons arriver. J'exposerai donc ici notre endroit de recherche et ses point d'ancrage singuliers.
Soit une somme de textes (récits, monologues et grandes scènes du théâtre européen, extraits de presse, de discours, de revues spécialisées...). Nous envisagerons ces textes comme une réserve de mots et de phrases, de sons et de sens. Arrachant le matériau textuel à son univers d’origine, à son identité contextuelle, nous userons des principes du collage, du montage, du cut-up, de la choralité et de la variation pour improviser et écrire au plateau nos scènes de parole.
Nous combinerons les mots de l'un aux phrases des autres. Nous ferons dialoguer ou s'enchevêtrer des fragments de textes épars, nous déformerons les écrits originaux en usant de contraintes oulipiennes. Nous écrirons en somme nos propres textes avec les mots des autres jusque parfois ne plus pouvoir les reconnaître. Plagiat? Certainement pas. Intention esthétique et politique. Goût du jeu et de la fantaisie, du sampling et du mixage.
Ce travail, qui pourrait n'apparaître que comme une technique d'écriture littéraire basculée dans l'art de l'acteur, est pour nous le vecteur possible d’un nouveau lyrisme, en prise avec la réalité, une ouverture du matériau verbal à la polyphonie du monde, à la multiplicité des sensations, une manière de rendre compte de la porosité des frontières entre dedans et dehors, entre logorrhée intime et bruissement du monde....

Matériaux textuels pressentis : Samuel Beckett, Charles Pennequin, Christophe Tarkos, Anton Tchékov, Paul Claudel, extraits de presse et de discours politiques, extraits d'essais (économique, anthropologique...), fragments du réel (lettres, entretiens...).



Présentation de la compagnie


La Cie de Rosa œuvre dans le champ du spectacle vivant à la vitalité de la parole sous toutes ses formes. De Rosa invente des évènements et porte les créations de Laurence Riout, metteure en scène et comédienne, collaboratrice active du théâtre Le Hangar à Toulouse, où elle coordonne le volet programmation et résidences ainsi que la formation professionnelle « Présences d'acteurs ».
Ses dernières créations sont : Pas une lumière ne me consola (théâtre), Puppets (théâtre), Comme l'été en juin (théâtre), « Les Parleurs » (récital poématique ). Nourrie par le champ chorégraphique, la performance et la poésie sonore, la compagnie met au centre de son travail la musicalité des corps et du dire. Défend un théâtre dont l'enjeu est poétique.
Poésie, cela veut dire inventer, secouer esthétiquement le langage établi, tenter de nouvelles syntaxes, imaginer de nouvelles façons d'appréhender le récit. Là, du possible s’ouvre et là, réside peut-être l’efficacité politique de l'art.


« De Rosa goûte la poésie sonore et la musique baroque.
Croit au langage comme vecteur de mémoire.
Recherche le poème partout où elle peut le rencontrer.
Sur la scène, elle n'écrit pas d'histoires avec un début, un milieu et une fin mais trame des réseaux de sens et de non-sens où priment des rapports de correspondances.
Aux acteurs elle dit : danse les mots, la parole est un don, que l’un fait à l’autre, et qui engage quelque chose de son être. Articule dans ta peau, étreins l'espace, tout est vibration. »


Pour en savoir plus


http://www.compagniederosa.com/